webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Anticorruption Anti-blanchiment / AML-CFG RSE / ESG Produits / Products Internet & Digital Concurrence / Competition Commerce International & Trade Compliance Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de la compliance
L’actualité juridique et économique de la Compliance par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Anticorruption
 

Six personnes inculpées pour soupçons de corruption d’employés d’Amazon en vue d'obtenir un avantage concurrentiel

Le 18 septembre 2020, le Département de la justice américain (« DOJ ») a annoncé qu’un grand jury du Western District de Washington a, le 16 septembre 2020, inculpé six personnes pour avoir corrompu des employés d’Amazon. Selon le DOJ « des consultants d’Amazon ont versé plus de 100 000 dollars de pots-de-vin pour obtenir un avantage concurrentiel injuste d’une valeur de plus de 100 millions de dollars ».



Ces dernières auraient, depuis 2017, servi de consultants pour des vendeurs tiers sur le Marketplace d’Amazon qui vendaient une large gamme de produits tels que des articles ménagers, des produits électroniques et des compléments alimentaires. Ils auraient versé des pots-de-vin à au moins dix employés et sous-traitants différents d’Amazon.
 
En échange de ces pots-de-vin, les employés et sous-traitants corrompus auraient participé au rétablissement de comptes et produits de vendeurs tiers suspendus du Marketplace d’Amazon. Par exemple, des compléments alimentaires suspendus en raison de plaintes relatives à la sécurité des consommateurs ou des appareils électroniques considérés comme inflammables. En outre, ils ont rétabli des comptes qui avaient été suspendus en raison de la manipulation d’avis sur certains produits destinés à tromper le consommateur.
 
Les employés et sous-traitants corrompus ont également nuit aux concurrents des vendeurs tiers en suspendant leur compte, en partageant des informations sur leur chiffre d’affaire, leurs fournisseurs et leurs clients. Ils ont aussi fourni des informations sur l’algorithme utilisé par Amazon, permettant ainsi aux consultants de submerger les listes de produits des concurrents de commentaires négatifs fictifs sur les produits.  
 
Par ailleurs, ils sont soupçonnés d’avoir fourni des informations commerciales confidentielles sur Amazon permettant aux vendeurs tiers concernés d’avoir accès aux procédures d’exploitation et aux algorithmes d’Amazon. Cet accès leur a permis d’obtenir des informations sur les systèmes alimentant le moteur de recherche d’Amazon, les avis produits et le processus de contrôle d’Amazon. Cet accès a pour le DOJ procuré un avantage concurrentiel déloyal à l’égard des autres vendeurs.
 
Enfin, en échange de pots-de-vin, les employés et sous-traitants corrompus contournaient la règlementation interne d’Amazon afin de permettre aux vendeurs tiers d'augmenter leur capacité de stockage dans les entrepôts d'Amazon, de proposer des produits dans des catégories restreintes et d'avoir des informations privilégiées sur les campagnes publicitaires les plus réussies et les produits les plus rentables.
 
Ainsi, la principale victime de ce schéma de corruption est le consommateur qui se voit alors trompé lorsqu’il effectue des achats sur le Marketplace d’Amazon. Ceci est d’ailleurs rappelé par le procureur qui rappelle que « la victime ultime de ce comportement criminel est le consommateur qui obtient des marchandises de qualité inférieure ou même dangereuses qui auraient dû être retirées du Marketplace ». 
 
Au vu de ces éléments, le grand jury a inculpé les intéressés pour complot en vue d'utiliser un système de communication pour commettre des actes de corruption commerciale, d'accéder à un ordinateur protégé sans autorisation et de commettre une fraude électronique. Ils sont également poursuivis pour fraude électronique. 
 
VOIR AUSSI

Swiru Holding AG fined EUR 1.4 million under a public interest judicial agreement

CJIP: a French procedure created by the "Sapin 2" law of 9 December 2016

- Vu : 386

At the beginning of May, the public prosecutor of Nice announced the conclusion of a public interest judicial agreement (CJIP) with the Swiss-based company Swiru Holding AG, which has agreed to pay a 1.4 million euro fine.

> Lire la suite

3 lessons learned from the Imerys decision

Decision of the French Anti-Corruption Agency's (AFA), 7 February 2020

- Vu : 569

On 7 February 2020, the French Anti-Corruption Agency's (AFA) Sanction Commission issued its second decision. It concerns Imerys.

> Lire la suite


Les plus vus...
L’entreprise à mission : une B Corp à la française ?
24 avril 2020 - Vu : 2121
« Benefit corporation », « B Corp », « entreprise à mission » : ces notions recouvrent des ...
> Lire la suite
Vers un devoir de vigilance européen ?
24 juillet 2020 - Vu : 1692
« Je veux proposer un nouveau pacte générationnel pour demain. Les effets de la crise signifient que nous ...
> Lire la suite
Les changements induits et que devraient susciter la décision Sonepar
24 avril 2020 - Vu : 1643
Six mois après la publication de la première décision de la commission des sanctions de l’Agence Française Anticorruption ...
> Lire la suite
La société Imerys face à la Commission des sanctions de l’Agence Française Anticorruption
24 avril 2020 - Vu : 1187
Après Sonepar, Imerys a été la deuxième société à comparaître devant la commission des sanctions de l’Agence Française ...
> Lire la suite
Copyright ©2019 La lettre de la compliance | Création et réalisation Webcd©